Le dopage à l’eau : Toute l’actualité

Communiqué de presse : L’injection d’eau par BOSCH

 

De l’eau à la place de l’essence – Une innovation Bosch qui permet d’économiser jusqu’à 13 % de carburant

 De l’eau à la place de l’essence – Une innovation Bosch qui permet d’économiser jusqu’à 13 % de carburant

– Bosch est le premier et seul équipementier à proposer l’injection d’eau

– Bonus supplémentaire : l’eau économise le carburant et améliore les performances du moteur

– Vidéos et animations disponibles sur www.bosch-waterboost.com

 

Dopage à l'eau

 

Saviez-vous que même les moteurs essence les plus modernes gaspillaient près d’un cinquième de leur carburant ? A hauts régimes notamment, une partie de l’essence utilisée sert en effet au refroidissement et non à la propulsion du véhicule. Avec sa nouvelle injection d’eau, Bosch apporte la preuve qu’il peut en être autrement. Lors d’une accélération rapide ou d’un trajet sur autoroute par exemple, l’injection d’eau supplémentaire permet d’économiser jusqu’à 13 % de carburant. « Nous montrons avec l’injection d’eau que le moteur à combustion en a encore sous « le pied » », a déclaré Rolf Bulander, Président du secteur d’activité des Solutions pour la Mobilité et membre du Directoire de Robert Bosch GmbH. C’est sur les moteurs downsizés à 3 ou 4 cylindres, c’est-à-dire sur les moteurs équipant toutes les voitures courantes de catégorie moyenne, que la technologie Bosch dévoile pleinement son potentiel d’économie.

 

Pour consulter le communiquer de Presse du constructeur BOSCH, c’est ici

Source : BOSCH

L’injection d’eau dans les moteurs dès 2019

 

Ceci était finalement à prévoir. La M4 GTS était la première BMW (et l’un des toutes premières autos de série au monde) à disposer de l’injection d’eau à l’entrée du conduit d’admission pour baisser les températures du mélange lors de fortes charges. Mais alors que ce système n’était jusqu’ici réservé qu’à la M4 GTS, voilà que nous apprenons que le fabricant Bosch prévoit de démocratiser assez largement ce système.

 

Bosch prévoit de démocratiser l'injection d'eau dans les moteurs dès 2019

 

Le développement de moteurs essence n’est pas mort, loin de là. BMW l’a prouvé récemment avec sa M4 GTS et son six cylindres en ligne qui inaugurait un tout nouveau système : l’injection d’eau. Le principe est relativement simple : de l’eau sous forme de microscopiques gouttelettes est injectée directement dans le conduit d’admission, permettant ainsi de réduire la température du mélange à l’entrée de la chambre.

Le gain est alors perceptible sur plusieurs plans : les performances, tout d’abord, sont en hausse à cylindrée égale et à pression d’injection égale, tandis que la consommation et les rejets sont en baisse. La fiabilité est elle aussi revue à la hausse puisque le risque de cliquetis est diminué grâce à la baisse de la température du mélange, évitant les détonations non contrôlées.

 

Lire la suite ici

 

Source : Caradisiac.com

Voir la vidéo de BMW ici

Notre solution pour les véhicules d’occasion : ECONOKIT

Moteur à eau : fantasme ou réalité?

 

MOTEUR A EAU – Et si l’eau était la solution miracle aux problèmes de consommation et de pollution ? Notre expert de la voiture verte, Jean-Luc Moreau, se penche sur la technologie de l’injection d’eau et évalue les chances de voir les moteurs thermiques fonctionner avec ce système innovant.

Plutôt que de “moteur à eau”, il faut parler de “dopage à l’eau”. L’idée n’est pas nouvelle, mais la recherche d’un meilleur rendement et d’une combustion plus propre la ramène sur le devant de la scène. Historiquement, le procédé a été découvert par les premiers motoristes, entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe.

 

Dopage à l'eau

 

[…] Les industriels de l’automobile, constructeurs en tête, connaissent donc le principe de l’injection d’eau dans un moteur et ses effets. Son fonctionnement est simple. Il consiste à injecter un pourcentage d’eau sous forme de vapeur ou de fines gouttelettes dans le mélange air-carburant. […] Il en résulte une “dépollution” spectaculaire (particules imbrûlées, CO, NOx) et une économie de carburant pouvant atteindre 25 % en usage intensif (sur une voiture de course, par exemple).

BMW se mouille le premier

Après avoir testé l’injection d’eau sur la M4 utilisée comme Safety car en Moto GP, le constructeur bavarois l’éprouve aujourd’hui sur des moteurs de grande série. Le premier a en être équipé est le nouveau 3-cylindres, 1.5 turbo des Mini, Série 1, Série 2 et de la très exclusive i8. Sur le premier prototype, monté dans une Série 1, l’eau est injectée, à la fois, dans la tubulure d’admission et directement dans la chambre de combustion. Dans l’air d’admission, les fines gouttelettes permettent, en s’évaporant, d’abaisser la température de l’air comprimé par le turbo de 25 °C. L’air plus froid étant plus dense, il favorise la combustion. Mélangé au carburant en amont des injecteurs, l’eau réduit aussi la température lors de la phase de compression. Ces deux effets conjugués limitent la formation d’oxyde d’azote (NOx), repoussent l’apparition du cliquetis (auto-allumage du mélange, destructeur pour le moteur) et évitent de recourir à un enrichissement du mélange air/carburant en pleine charge. En clair, puissance et couple grimpent de 10 % (218 ch pour 320 Nm), tandis que la consommation baisse de 10 à 15 % en usage réel (ce qui correspond aux valeurs d’homologation du prochain cycle WLTP) ; cette motorisation répondant aux futures normes antipollution sans qu’un système de post-traitement des gaz d’échappement soit nécessaire.

Lire la suite de l’article ici

Source : www.auto-moto.com

Vidéo en rapport avec l’article ici